A480 : des travaux forestiers « doux » et innovants

Les mesures en faveur de la biodiversité sont nombreuses sur le chantier de l’A480 : plantation de 50 000 arbres dans le cadre de l’insertion paysagère, transformation d’espaces de cultures intensives en zones humides avec une exploitation agro-environnementale adaptée (fauche de prairies, éco-pâturage), gestion de boisements pour les faire évoluer en îlots favorables à la faune d’intérêt patrimonial. C’est dans ce cadre, qu’AREA – le maître d’ouvrage – intervient depuis l’automne dernier dans le bois du Gélinot, sur une commune voisine de Grenoble. Ce boisement a subi un assèchement de son ruisseau et un abaissement de la nappe phréatique entraînant l’apparition de plantes exotiques et envahissantes, comme le robinier faux acacia, qui appauvrissent la diversité du milieu.
 
Des méthodes innovantes et écologiques
AREA s’est engagé à des démarches de compensation des impacts écologiques et à des mesures d’accompagnement environnementales, dans le cadre du chantier d’aménagement de l’A480. C’est ainsi que des travaux forestiers ont été entrepris dans le bois du Gélinot, en partenariat avec la commune de Noyarey. Pour restaurer la biodiversité végétale du bois, AREA s’est adjoint les services du bureau d’études Biotec, spécialisé dans le génie écologique.
Pour réduire la population des robiniers faux acacias, deux équipes travaillent sur la coupe de cet arbre très dynamique qui doit impérativement s’assortir d’un dessouchage pour plus d’efficacité. C’est ainsi que cohabitent des engins mécaniques classiques et des chevaux spécialisés pour ce type de chantier. Cette dernière solution présente l’avantage d’être plus respectueuse des sols et donc de la végétation en place. AREA l’a privilégiée autant que possible. Trois chevaux sont actuellement chargés de l’abattage, du débardage et du dessouchage.
Autre méthode pour réduire cette plante invasive : le cerclage, qui consiste à retirer une partie de l’écorce de l’arbre sur quelques centimètres de profondeur afin d’empêcher la montée de sève. L’arbre qui finit par mourir sur pied devient alors un précieux allié et constitue un habitat naturel pour des espèces d’intérêt patrimonial comme des insectes, des chauves-souris ou des oiseaux.
 
Travaux financés à 100 % par AREA
Enfin, une phase de plantation des secteurs traités a démarré fin 2020, à partir de jeunes plans prélevés directement dans le bois. Elle permet une mise en concurrence pour éviter la reprise du robinier et s’appuie sur la régénération naturelle de la « végétale locale » au sein du boisement.
Au terme de ces travaux forestiers, intégralement financés par AREA, une période de 3 ans est prévue au cours de laquelle l’entreprise ayant réalisé les travaux effectuera un suivi et un confortement, pour mieux garantir le résultat. Le projet s’inscrit également dans la durée puisqu’AREA s’engage à gérer et suivre le bois du Gélinot jusqu’en 2036.
Plus d’informations sur le site https://www.a480rondeau.fr/ 
 
Crédit photographique : Fabrice Grondeau


More from: | Category: Construction Company News